Cine GuppY
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
MENU CINEMA
 ↑  
Texte à méditer :  Il n'est pire servitude que l'espoir d'être heureux.  [ Carlos Fuentes ] - Extrait de Diane ou La chasseresse solitaire
Filmographie de :
Jacques FEYDER

Jacques FEYDER



BIOGRAPHIE

JACQUES FEYDER

«Je suis né à Ixelles le 21 juillet 1887 à 9 heures du matin, salué par une salve de 101 coups de canon : c'était le jour de la fête nationale belge ! Mon arrière-grand-père fut général, mon grand-père critique dramatique, mon père administra la Compagnie internationale des Wagons-Lits, je m'occupe de cinématographe et mon fils aîné montre de grandes dispositions pour le dessin (1). Mon destin de cinégraphiste était donc tout tracé... » écrit J. Feyder (Le Figaro, 1924).

Complétons : Jacques Feyder, de son vrai nom Jacques Frédérix (de nationalité belge, mais naturalisé français en 1927), commença par être figurant, notamment chez Louis Feuillade (il tient un petit rôle dans LES VAMPIRES). Il réalisa son premier film en 1916 : TÊTES DE FEMMES, FEMME DE TÊTE, avec pour interprètes Françoise Rosay (qui deviendra son épouse l'année suivante) et André Roanne. Ces deux noms se retrouvent au générique du dernier film qu'il supervisera, en 1946 : MACADAM. Entre ces deux dates, une œuvre importante (trente-neuf films), dont il faut surtout retenir : pour la période muette (1916-1929), une première version de L'ATLANTIDE, L'IMAGE (scénario original de Jules Romains) et surtout THÉRÈSE RAQUIN d'après Zola, son chef-d'œuvre aux dires des historiens mais dont aucune copie, apparemment, ne subsiste. La période parlante commence pour lui aux U.S.A., où il dirige notamment Greta Garbo et Ramon Navarro. De retour en France, ce sera une série d'œuvres de prestige (LE GRAND JEU, PENSION MIMOSAS, LA KERMESSE HÉROÏQUE), qui confirment sa réputation de parfait technicien. Ses derniers films, par contre, tournés en Angleterre, en Angleterre et en Suisse (où il meurt, le 25 mai 1948), seront des échecs, commerciaux et critiques.

Marcel Carné, qui fut longtemps son assistant, a dit de Feyder : « Il est l'homme-cinéma type. Il voit cinéma, pense cinéma, vit pour le cinéma, rêve cinéma. » Lui-même déclare modestement : « Je ne suis qu'un artisan, mais dans le sens plein du mot, à la fois honorable et limité ».

FILMOGRAPHIE

Films muets

1915

MONSIEUR PINSON, policier (film commencé par Gaston Ravel)

1916

TÊTES DE FEMMES, FEMME DE TÊTE - LE PIED QUI ÊTRE/NT, parodie de sériai - LE BLUFF - UN CONSEIL D'AMI - L'HOMME DE COMPAGNIE - TIENS, VOUS ÊTES A POITIERS ? L'INSTINCT EST MAITRE - LE FRÈRE DE LAIT - LE BILLARD CASSÉ -ABRÉGEONS LES FORMALITÉS -LA TROUVAILLE DE BUCHU

1917

LE PARDESSUS DE DEMI-SAISON - LES VIEILLES FEMMES DE L'HOSPICE

1919

LA FAUTE D'ORTHOGRAPHE

1921

L'ATLANTIDE

1922

CRAINQUEBILLE -A-

1925

VISAGES D'ENFANTS - L'IMAGE -GRIBICHE

1926

CARMEN

1927

AU PAYS DU ROI LÉPREUX

1928

THÉRÈSE RAQUIN -LES NOUVEAUX MESSIEURS -B-

1929

Aux États-Unis : THE KISS (Le Baiser)

Films parlants

1930

ANNA CHRISTIE (version allemande du film de Clarence Brown) -LE SPECTRE VERT (version française de THE UNHOLY NIGHT) -SI L'EMPEREUR SAVAIT ÇA (version française de HIS GLO-RIOUS NIGHT) - OLYMPIA (version allemande)

1931

DAY BREAK - SON OF 1NDIA (Le Fils du Radjah)

1934

LE GRAND JEU

1935

PENSION MIMOSAS - LA KERMESSE HÉROÏQUE

1937

En Grande-Bretagne : KNIGHT WITHOUT ARMOUR (Le Chevalier sans armure)

1938

LES GENS DU VOYAGE - En Allemagne : version allemande du film précédent

1942

LA LOI DU NORD (ou LA PISTE DU NORD) - En Suisse : UNE FEMME DISPARAIT

1946

MACADAM (supervision)

(1) Les trois fils de Jacques Fevder sont cinéastes • Marc, décorateur Paul et Bernard réalisateurs






 
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 
 
Free Counter Stat