Cine GuppY
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
MENU CINEMA
 ↑  
Texte à méditer :  Un homme, ça peut-être détruit, mais pas vaincu.  [ Ernest Hemingway ] - Extrait de Le Vieil Homme et la mer
Fiche du film :
ESCLAVES DE NEW YORK


214 / 9


ESCLAVES DE NEW YORK
SLAVES OF NEW YORK

Durée : 124 mn


REALISATION

James IVORY

CASTING

ROLEACTEUR
EleanorBernadette PETERS
Stash StotzAdam COLEMAN HOWARD
Marley MantelloNick CORRI
Sherman McVittieCharles MCCAUGHAN
DariaMadeleine POTTER
Victor OckrentChris SARANDON
Ginger BoothMary-Beth HURT
WilfredoSteve BUSCEMI
Chuck Dade DodgerJohn HARKINS
MickeyJonas ABRY

HISTOIRE

Stash. peintre à succès préoccupé par sa pro­chaine exposition, accuse le dalmatien d'Elea-nor. sa petite amie. d'avoir des puces. Bien qu'elle ne soit pas très futée, elle comprend par là que quelque chose ne va plus entre eux. Elle qui rêve d'amour... et de réussite. Or. les chapeaux qu'elle crée ? à partir d'éléments hétéroclites trouvés dans des poubelles ? ne plaisent à personne. Et New York est dure pour les artistes, surtout fémi­nines et ratées : d'autant que les garçons, minori­taires, occupent les meilleurs emplois et qu'il vaut mieux jouer auprès d'eux la sécurité... Surgit alors la redoutable Daria : elle a déjà brouillé deux amis artistes, Marley et Sherman. en quittant le second pour le premier. Elle regarde Stash avec intérêt : il est familier des galeries d'art et elle souhaite exposer ses ?uvres (« ses croûtes ». dit-on dans son dos). La pauvre Eleanor « navigue à vue » au milieu de tout cela. de boîtes de nuit en « par­ties ». de défilés de mode en match de base-bail entre amis, en quête d'un encouragement, d'un travail gratifiant, d'un peu de tendresse. Quand Marley lui fait la cour, c'est pour lui demander d'être le modèle nu du Christ-Femme. Cela ne plaît pas à Stash. Pourtant à la sincérité d'Elea-nor, qui dit tout (ses bons rapports ? profession­nels ? avec le couturier Wilfredo. par exemple). Stash oppose cynisme et mensonge. La jeune femme finit par le quitter et le succès finit par arriver : on remarque enfin ses chapeaux ! Lors de la party qui célèbre son célibat retrouvé, elle séduit un beau garçon qui l'emmène faire un tour en moto. la nuit, dans un New York où renaissent ses espoirs.


PETITE HISTOIRE

Les nouvelles de Tamu Janowitz, gros succès de librairie en 1986. intéressèrent Andy Warhol (1928-1987). New-yorkais par excellence, pape du Pop'Art, plasticien et cinéaste, en phase avec la faune présen­tée dans le livre. Après sa mort. James Ivory reprit le projet. El ce fut l'occasion pour le plus britannique (d'apparence) des cinéastes américains, fasciné par l'Inde, sa civilisation et sa situation coloniale, de revenir à ses origines. New Yorkpourlui ?« Uneville qui se doit tous les jours de découvrir un nouveau génie... Là. les gens de mon âge n'ont pas aimé le film. Ils ont eu le sentiment qu 'on dépeignait leurs enfants comme des monstres. Les jeunes ont applau­di et ont trouvé les personnages trop ou pas assez excessifs. » Le film s'organise autour d'Eleanor. bécasse et touchante, partagée entre ses extravagances et son désir d'intégration très « classe moyenne ». Berna­dette Peters. surtout connue aux Etats-Unis comme actrice de théâtre et chanteuse, avait campé jusque là au cinéma des silhouettes, toujours frappantes : la secrétaire de prison à l'incroyable tignasse dans PLEIN LA GUEULE (Thé Longest Yard, W4) de Robert Aidrich. la bombe sexuelle dans LA DER­NIÈRE FOLIE DE MEL BROOKS (Silent Movie. 1976). Son premier rôle en tête d'affiche fut TOUT L'OR DU CIEL (Pennies from Heaven. 1981) de Herbert Ross. avant PINK CADILLAC. deBuddy Van Hom (1989). avec Clint Eastwood.





Cette fiche a été vue 272 fois


 
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 
 
Free Counter Stat