Cine GuppY
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
MENU CINEMA
 ↑  
Texte à méditer :  Le doute est un hommage rendu à l'espoir.  [ Lautréamont ] - Extrait de Les Chants de Maldoror
Fiche du film :
CUL-DE-SAC

CUL-DE-SAC

Durée : 111 mn

GRANDE-BRETAGNE

REALISATION
Roman POLANSKI

CASTING

ROLEACTEUR
Dick / RichardLionel STANDER
GeorgeDonald PLEASENCE
TeresaFrançoise DORLEAC
Albie / AlbertJack MAC GOWRAN
ChristopherIain QUARRIER
Le père de ChristopherGeoffrey SUMMER
La mère de ChristopherRenée HOUSTON
CecilWilliam FRANCKLYN
L'amie de CecilJacqueline BISSET

HISTOIRE

C’est un couple bien étrange qui habite le vieux château du bout du monde que la marée haute isole régulièrement du continent. Teresa est aussi jeune, belle et ardente que son mari, George, entre deux âges, est chauve, myope, plutôt laid et équivoque. D’ailleurs, la jeune femme, comme pour le tourner en dérision, s’amuse à travestir son époux, l’affublant de vêtements féminins et lui maquillant les yeux et les lèvres. Quant aux autres habitants du château, ce sont des centaines, des milliers de poules pondeuses dont les oeufs envahissent littéralement l’énorme réfrigérateur. Le temps passe à des occupations diverses : la peinture pour George et, bien entendu l’élevage des poules ; quant à Teresa, c'est la pêche, avec Cecil ou Christopher, jeunes et vigoureux voisins qui ne font pas, avec la belle, que pêcher. George est en nuisette, joliment maquillé lorsqu’arrive Richard, gangster en cavale après un coup manqué et dont le compère, Albert, est gravement blessé. La voiture des deux fuyards est en panne et il leur faudra attendre au château la guérison d’Albert et surtout l’arrivée du « patron », Kattelbach, qui les tirera d’affaire. Teresa est évidemment attirée par Richard, gros homme un peu vulgaire et bonasse qui ne prête guère attention à ses avances. Albert succombe à ses blessures et commence alors la vie à trois qu'interrompent seulement les « five o dock » avec les voisins durant lesquels on fait passer Richard pour le valet. Ce dernier las d’attendre le secours de Kattelbach, vole, pour s’échapper, la voiture de George qui, en dépit de la sympathie qu’il a fini par éprouver pour le gangster, tire sur lui et l’abat. Teresa s’en va avec un de ses amants et George reste seul, sanglotant comme un fou.


PETITE HISTOIRE

Roman Polanski n’a pas encore 33 ans lorsqu'il termine ce film en Grande-Bretagne, son troisième long métrage après LE COUTEAU DANS L’EAU (1962), tourné en Pologne et RÉPULSION (1965) réalisé également outre-Manche. Le cinéaste avait cherché longtemps, parmi les comédiennes anglaises, l'héroïne de son film avant de penser demander avis à Catherine Deneuve, son interprète de RÉPULSION. Celle-ci conseilla à Polanski de proposer le rôle à sa soeur, Françoise Dorléac, connue surtout pour son rôle dans LA PEAU DOUCE (François Truffaut, 1964) et qui venait de jouer, aux côtés de Davis Niven, dans PASSEPORT POUR L’OUBLI (Where the Spys are, 1965) de Val Guest.

C’est dans la forteresse du XIIe siècle de Holy Island, îlot proche des côtes anglaises du Northumberland, que fut tourné le film qui obtint le Grand Prix (Ours d’Or) du Festival de Berlin en 1966 ainsi que le prix de la critique italienne au Festival de Venise la même année.






Cette fiche a été vue 256 fois


 
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 
 
Free Counter Stat