Cine GuppY
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
MENU CINEMA
 ↑  
Texte à méditer :  L'expérience prouve qu'il est beaucoup plus facile de prendre des otages que de les relâcher.  [ André Frossard ] - Extrait de Les Pensées
Fiche du film :
PERLE (LA)


58 / 15

1946
DRAME

PERLE (LA)
LA PERLA

Durée : 77 mn

MEXIQUE

REALISATION

Emilio FERNANDEZ

CASTING

ROLEACTEUR
KinoPedro ARMENDARIZ
JuanaMaria Elena MARQUEZ
L'acheteur de perlesFernando WAGNER
Le docteurCharles ROONER
Un tueurG. GONZALEZ
Un tueurJuan GARCIA

HISTOIRE

Un misérable village au Mexique, sur l'océan. Kino, pêcheur d'huîtres perlières, assure à peine la subsistance de sa femme Juana et de leur bébé Juanito. Lorsque ce dernier est piqué par un scorpion, le docteur refuse ses soins, sûr qu'il est de ne pas être payé. Pour sauver son enfant, Kino plonge à la recherche de la perle qui le sauvera de la misère. Et il la trouve, pure, énorme ! Un miracle ? Certes Juanito guérit, mais très vite, cette découverte apparaît plutôt comme une malédiction. L'acheteur de perles, en effet, tente de faire croire à Kino que sa découverte, trop grosse pour être vraie, ne vaut rien. Kino, convaincu du contraire décide d'aller la vendre à Mexico. Voyant l'affaire lui échapper, l'acheteur charge des tueurs de récupérer la perle. Le pêcheur déjoue de justesse leur première attaque et en tue deux. Juana affolée, persuadée que son époux est perdu, tente de jeter dans l'océan cette perle maudite, mais Kino arrête son geste et la convainc de fuir avec lui et l'enfant. Ils se réfugient dans les montagnes, pourchassés par les tueurs. Une nuit, Kino passe à l'attaque et surprend les bandits qui, avant de succomber sous les coups du pêcheur, auront eu le temps de tuer Juanito. Éperdu de douleur, le couple retourne au village et Kino rejette, loin dans l'océan, la perle qui fut la cause de leur malheur.


PETITE HISTOIRE

Durant quelques années, de 1946 à 1950, le cinéma mexicain fui presque uniquement représenté, à l'étranger, par les films du tandem réalisateur-directeur de la photographie Emilio Femandez, Gabriel Figueroa. Il ne se passa pas d'année qu'une de leurs œuvres n'obtienne le prix de la photographie dans un Festival International. Ainsi LA PERLE se vit-il décerner celui du Festival de Venise 1947. Les films réalisés par Fernandez-Figueroa (quatorze en cinq ans) étaient interprétés par Pedro Armandariz (onze), côté masculin et par Dolores del Rio (quatre) ou Maria Félix (trois), côté vedettes féminines à la notoriété desquelles Maria Elena Marquez, Juana dans LA PERLE, n'accédera jamais.

Des trois scénarios situés au cœur du Mexique auxquels collabora le grand écrivain américain John Steinbeck, celui de LA PERLE n'est pas le plus célèbre ni le plus admiré. Par contre, celui de V!VA ZAPATA (Elia Kazan, 1952), s'il est le plus connu, n'est pas considéré comme ta meilleure image d'un Mexique authentique dont LE VILLAGE OUBLIÉ (Forgotten Village, d'Herbert Kline, 1941) s'est voulu le reflet. Réalisé au cœur même d'un village mexicain, interprété par sa population, ce film, document plus que fiction, opposait la tradition et le progrès dans un conflit entre la magie et la médecine moderne dont l'enjeu était la vie d'un enfant.





Cette fiche a été vue 228 fois


 
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 
 
Free Counter Stat